BLOGUE LA BULLE

LES PROCÉDÉS DE FABRICATION

Mis à jour : 3 sept. 2018

La saponification à chaud (SAC)


Cette méthode de saponification, active l’alcali par chauffage. Ce procédé permet à l’alcali de perdre plus rapidement sa causticité, réduisant le temps de cure du savon à environ 24 à 48 heures. La SAC peut créer un résidu de glycérine qui se sépare des graisses. Il est possible d'extraire cette glycérine ou de la réincorporer au mélange de savon en prolongeant le processus de chauffage.

Dans les industries, la saponification à chaud est la méthode la plus utilisée. La pâte à savon est chauffée à une température pouvant aller jusqu'à 120°C afin d'accélérer la réaction chimique qui est normalement un processus assez lent. Le savon est souvent conçu à partir d’huile de palme ou de gras animal auxquels sont ajoutés de nombreux additifs synthétiques.


Le savon est standardisé, parfois divisé de sa glycérine (qui peut être revendue à d’autres industries). Les savons fabriqués industriellement peuvent être de faible qualité et ainsi causer des irritations de la peau.


Reconnaître un savon industriel par sa composition INCI (liste d'ingrédients)

(Nomenclature Internationale des Ingrédients Cosmétiques)


Contrairement aux savons artisanaux, les savons fabriqués industriellement se distinguent par leur ingrédients :​

  • des agents de synthèse tels l’EDTA

  • sodium palmate, huile de palme saponifiée

  • sodium laureth, sulfate

  • sodium tallowate, suif saponifié

  • des parabens

  • des parfums de synthèse

  • Propylène glycol, chélatants, etc…

La saponification à froid (SAF)


Cette méthode artisanale, réalisée à température ambiante, est un processus relativement lent. C'est pourquoi très peu d'industries l'utilisent. Le savon fabriqué à froid doit subir une cure d'environ 4 à 6 semaines après la fabrication, laissant le temps à la soude caustique de bien s'intégrer afin d'obtenir un pH se situant généralement entre 9 et 11. 

La SAF nécessite un calcul précis des quantités d'huiles et de soude nécessaire à la saponification. Comme il n’y a aucun chauffage, la glycérine produite lors de la saponification reste intégralement dans la pâte de savon. La glycérine apporte au savon ses incontournables propriétés hydratantes.

et lui confère un durcissement naturel, sans additif de synthèse. Plus un savon est séché, plus sa durée de vie sera longue. 

La saponification est une réaction totale : elle continue jusqu'à épuisement de l'un des réactifs (huiles ou soude). Pour garantir qu'il n'y a plus de soude dans le savon fini, il doit y avoir un excès d'huiles, qu'on appelle surgras. La saponification s'arrêtera alors quand toute la soude sera consommée et il restera de l’huile non saponifiée dans le savon final. Il est aussi possible de faire un sur graissage en diminuant la quantité de soude utilisée. 


Méthode au four (CPOP)


Ce procédé est une saponification à froid (CP) , qui consiste à faire cuire le savon, au four (OP) à basse température, suite au moulage, afin d'accélérer la phase de gel.

La phase de gel (se créant naturellement à température ambiante) est bénéfique au savon et accentue les couleurs. La chaleur du four permet une réaction de saponification totale plus rapide, ce qui libère le savon de sa caustique. Ce processus permet au savonnier de mettre en vente ses savons plus rapidement sur le marché car la cure est non requise. Toutefois, certains savonniers évitent la phase de gel en posant le savon, une fois versé dans le moule, au réfrigérateur pour une période. C'est une question de préférences et non de qualité du savon car il comporte les mêmes ingrédients naturels de la saponification à froid.


© La Bulle, tous droits réservés.

  • Facebook Social Icône
  • Instagram
  • Pinterest social Icône